Nous avons célébré six ans d'écriture en janvier 2016. Un site d'écriture poétique et de partage.
 
AccueilPortailConnexionS'enregistrer

EN VERS, ENVERS, EN VERT

En vers, envers en vert est aussi sur Facebook
Mon mois de septembre

Mon mois de septembre

Je naquis en septembre au mois des pleines granges
En écoutant le temps au regard ouvragé
Pour nourrir tout l’hiver un bétail protégé
Les champs sont habillés de meules bien étranges

Voyez ces gens courbés au labeur des vendanges
Qui récoltent les grains au parfum mélangé
Inventant le nectar d'un plaisir partagé
La hotte sur leur dos dansant comme des anges

La terre est oubliée, elle est mise en jachère
Son travail terminé, ses genoux en prière
Elle attend le printemps pour être labourée

Prête à offrir sa vie en automne prochain
Berçant dans ses sillons la graine énamourée
Aux rayons des saisons qui brilleront demain.

Flamme 2013


Copyright

Toutes les oeuvres du forum EN VERS, ENVERS, EN VERT sont protégées par le Copyright. Il est donc formellement interdit de les utiliser, sans le consentement des auteurs ou celui des ayants droit, ceci est illicite et constitue un délit de contrefaçon passible de 3 ans de prison, et de 300.000 euros d'amende.
Merci pour votre compréhension, bonne lecture.
(Code de la propriété intellectuelle)
Loi du 11 mars 1957.
 
Existence
Dans la belle forêt aux conifères immenses,
Il s'est enfin couché comme un faon blessé.
Des larmes sur son corps,l'enfant s'est affaisé,
On ne peut le sauver;ces grands bois sont trop denses.

Il a vagabondé sur les chemins humains,
Et a mêlé ses mots aux paroles des hommes,
Qui l'ont alors frappé du revers de leurs mains,
Dans la rue l'ont traîné,lui ont lancé des pommes.

Sur son vélo a fui sans jamais s'arrêter,
Les kilomètres sur les routes de province
Ne l'ont point rassuré;jamais ne lui prêter
Même un regard discret,il est un mauvais prince.

Entouré de bois morts,allongé sur la mousse,
Il pleure les jours passés de sa pauvre destinée,
Il ne peut retourner,il n'y a rien qui pousse
Dans son coeur trop blessé,sa vie pestiférée...

Les cris se font entendre loin,loin,loin...
Lorraine septembre 2013

Où sont les poètes ?


Je vais quitter ce monde

Je vais quitter ce monde, comme je suis venue,
Sans souvenirs d'hier, sans pas dans le désert,
Ma mémoire effacée, je n'étais pas Prévert,
Ma bouche s'est cousue, de ces mots, abstenue.

Je ne peux aller loin dans ce monde inhumain,
Ces lieux me rappellent les enfants du martyre.
Les blagues grasses, épaisses, la mauvaise satyre,
Cette envie de mourir, et de lâcher la main.

J'ai sans cesse prié pour que malheurs ne viennent,
Hélas ! ne durent pas les joies à la semaine!
Il y a les voleurs, au coin des rues, se tiennent,
Les âmes, ils saisissent, comme on chante rengaine.

Je vais quitter ce monde, vraiment sans retenue,
En espérant qu'au ciel je sois bien attendue,
Que prières et parfums se mélangent à la paix,
Loin de ce monde gris ou le faux remplace le vrai !
Lorraine Lapointe 9 septembre 2016


Septembre
le mois de Septembre est là
vêtu de son manteau incertain
pour produire tous les climats
du beau soleil au temps de chien

et, auxquels on ne s'attend pas
faire avec consentant ou contraint
et se soumettre à tous ses aléas
ça ne peut faire, alors, que du bien

court, moyen, ou long, il passera
pour laisser place au mois prochain
qui, lui aussi, ses caprices, apportera
et ainsi de suite comme un refrain

c'est un cycle programmé qui se fera
malgré, les réticences des humains
qui souhaitent un anneau à leur doigt
et ne rêvent que de ce qui leur convient.

j'espère avoir bien contribué aux débats
et des longs palabres continuels et vains
sur Dame nature qui agit en grande Diva
pour bien faire et laisser braire avec dédain.

Elwalidy



La nature est amour (Maryse Mauroy )